Article

Durabilité agro-écologique des exploitations agricoles dans la commune de Gogounou au Bénin


Olivia LIGAN TOPANOU, Laboratoire Pierre Pagney, Climat, Eau, Ecosystème et Développement (LACEEDE), Université d’Abomey-Calavi, Bénin
Christophe OKOU, Laboratoire d’Etude des Systèmes Spatiaux et des Aménagements (LESSA), Université d’Abomey-Calavi, Bénin
Michel BOKO, Laboratoire Pierre Pagney, Climat, Eau, Ecosystème et Développement (LACEEDE), Université d’Abomey-Calavi, Bénin

Date de publication : 1 mai 2015

Résumé

Cette recherche a pour objectif d’évaluer la durabilité agro-écologique de dix-neuf (19) exploitations agricoles de la commune de Gogounou au Nord Bénin. C’est une commune de grande production et des exploitations qui connaissent de grandes extensions de superficies cultivées avec l’introduction du matériel agricole du troisième niveau de la mécanisation agricole proposé par le programme de promotion de la mécanisation agricole. La méthode IDEA (Indicateurs de Durabilité des Exploitations Agricoles) de Vilain (2008), a été utilisée pour évaluer cette dimension de la durabilité. Les scores de durabilités, par indicateur puis par composante, déterminés avec les modalités proposées par la dite méthode, révèlent une bonne durabilité agro-écologique (avec un score de 74,3 / 100) des exploitations dans leur état actuel. Les composantes «diversité domestique» et «pratiques agricoles» contribuent fortement à ce niveau de durabilité alors que la composante «organisation de l’espace» constitue un facteur limitant.

Par ailleurs, la mauvaise gestion des matières organiques cumulée à la facilité d’accès aux intrants chimiques (engrais et pesticides) ont négativement contribué aux scores de durabilité agro-écologiques. Limiter l’accès aux intrants chimiques et donc faciliter l’accès aux intrants compatibles à une agriculture durable seraient entre autres des leviers d’actions à envisager. L’évaluation de la durabilité agro-écologique de ces exploitations met en évidence les caractéristiques et pratiques agricoles favorables et défavorables qu’il faille, maximiser d’une part et, décourager d’autre part, pour éviter les situations extrêmes en matière de préservation de la diversité biologique et plus globalement d’agriculture durable.



Pour citer cet article

Olivia LIGAN TOPANOU, Christophe OKOU et Michel BOKO. «Durabilité agro-écologique des exploitations agricoles dans la commune de Gogounou au Bénin». Afrique Science, Vol.11, N°3 (2015), 1 mai 2015, http://www.afriquescience.info/document.php?id=4730. ISSN 1813-548X.