Article

Réponse des lignées issues du croisement interspécifique Oryza sativa x Oryza longistaminata aux différents régimes hydriques en vue d’une adaptation au changement climatique


Landiarimisa RAMANANKAJA, Université d’Antananarivo, Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques, Département agriculture, BP 175, Antananarivo 101, Madagascar. email : landiarimisa@univ-antananarivo.mg
Xavier RAKOTONJANAHARY, FOFIFA - Centre de recherche appliquée au développement rural, Madagascar
Jeannot RAMELISON, FOFIFA - Centre de recherche appliquée au développement rural, Madagascar

Date de publication : 1 janvier 2016

Résumé

Dans le but d’analyser les impacts du déficit hydrique sur le développement des plantes et le rendement de 5 lignées issues du croisement interspécifique Oryza sativa x Oryza longistaminata, obtenues par FOFIFA, des essais avec des simulations de déficit hydrique ont été réalisé. Trois traitements ont été appliqués à savoir : - Traitement 1 [T1] : Boue humide de 3 jours alternée à un assec de 7 jours, -Traitement 2 [T2] : Boue humide de 3 jours, un assec de 10 jours, puis une lame d’eau permanente de 10cm maintenue jusqu’à floraison et Traitement 3 [T3] : Boue humide de 3 jours, puis un assec de 20jours et une lame d’eau permanente  de 10cm  maintenue jusqu’à  floraison. Les résultats montrent que chacune des lignées testées répondent différemment au traitement appliqué. Les lignées MR 10927-14-2 et MR 10927-14-3 donnent les rendements les plus élevés en T1, à savoir 4.5 et 3.3 t.ha-1 respectivement, tandis que la lignée MR10927-14-1 donne le rendement le plus élevé avec T3, soit 3.4 t.ha-1. Un certain photopériodisme des lignées a été révélé. L’analyse de la corrélation entre le rendement et ses composants a montré qu’en condition de sécheresse intermittente (T1), ce sont les nombre de feuille et de talles totales et fertiles qui déterminent le rendement, tandis qu’en cas de sécheresse au début du stade végétatif (T3), en plus de ces trois paramètres, le nombre de grains par panicule ainsi que le poids de 1000 grains jouent un rôle non négligeable dans la composition de celui-ci.



Pour citer cet article

Landiarimisa RAMANANKAJA, Xavier RAKOTONJANAHARY et Jeannot RAMELISON. «Réponse des lignées issues du croisement interspécifique Oryza sativa x Oryza longistaminata aux différents régimes hydriques en vue d’une adaptation au changement climatique». Afrique Science, Vol.12, N°1 (2016), 1 janvier 2016, http://www.afriquescience.info/document.php?id=5901. ISSN 1813-548X.