Article

Morphostructures et tectonique récente dans le bassin de Garoua, Nord-Cameroun


Dieudonné BISSO, Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 Yaoundé, Cameroun. Email : dbisso2002@yahoo.fr
Mbida YEM, Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 Yaoundé, Cameroun
Serge Parfait KOAH NA LEBOGO, Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 Yaoundé, Cameroun
Joseph Mvondo ONDOA, Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 Yaoundé, Cameroun
Carine TSOUNGUI, Département des Sciences de la Terre, Faculté des Sciences, Université de Yaoundé I, BP 812 Yaoundé, Cameroun

Date de publication : 1 mai 2016

Résumé

Le bassin de Garoua est une structure d’allongement N90 à N115. Il est constitué de 1000 à 4000 m d’épaisseur de sédiments donc l’âge varie de l’Aptien au Maastrichtien. Ces dépôts sédimentaires sont traversés par des venues volcaniques (basaltes ou trachytes) d’âge Priabonien. Dans le cadre de cette étude, l’analyse morphostructurale à partir des MNT de 30 m de résolution spatiale montre que les failles coulissantes N135°E à N250°E, ont influencées l’évolution récente du bassin de Garoua. L’examen du développement global de ce système met évidence deux phases de déformation post sédimentaire. A savoir une phase de tectonique des blocs (décrochement) fin crétacé et une phase d’inversion (transpression) Mio-pliocène. Le jeu inverse des failles N90°E à N115°E initialement normales aurait provoqué durant cette dernière phase, la surrection du bassin, avec pour conséquence l’érosion des dépôts tertiaires.



Pour citer cet article

Dieudonné BISSO, Mbida YEM, Serge Parfait KOAH NA LEBOGO, Joseph Mvondo ONDOA et Carine TSOUNGUI. «Morphostructures et tectonique récente dans le bassin de Garoua, Nord-Cameroun». Afrique Science, Vol.12, N°3 (2016), 1 mai 2016, http://www.afriquescience.info/document.php?id=6298. ISSN 1813-548X.